Chirurgie vasculaire


Dans le service de Chirurgie vasculaire, on trouve des médecins qui s'occupent de la mise au point et du traitement de toutes les maladies des artères et des veines de l'ensemble du corps, à l'exception de celles du cœur et du cerveau.

Ci-dessous, vous pouvez faire un choix parmi les différentes pathologies que nous traitons.

  • Les rétrécissements (ou sténoses) des artères sont généralement dus à de l'athérosclérose.

L'athérosclérose est le phénomène par lequel une substance grasse (le cholestérol) est acheminée vers l'intérieur de la paroi du vaisseau. Au fil du temps, la quantité de graisse s'accumule et le diamètre de la paroi du vaisseau devient de plus en plus petit. En jargon médical, cette substance grasse s'appelle une plaque d'athérome. (Cliquez sur la photo pour agrandir l'image)

Lorsqu'il y a des petits éclats dans ces plaques, il peut alors se former un caillot de sang qui va boucher toute l'artère. Et du fait que les artères deviennent de plus en plus étroites, la circulation sanguine va diminuer, avec pour conséquence, les maladies suivantes :


Artérite périphérique

L'athérosclérose entraîne des rétrécissements des artères du ventre, du bassin et des jambes. Il peut en résulter que vous ayez des douleurs à la marche au mollet, à la jambe ou à la fesse. Après une courte période de repos, la douleur disparaît et vous pouvez à nouveau marcher une certaine distance. C'est ce que l'on appelle la « claudication intermittente ».

En cas d'artérite périphérique grave, il s'écoule encore tellement peu de sang vers vos jambes que vous ne savez presque plus marcher et que vous avez mal, même au repos. Dans cette situation critique, des plaies chroniques vont rapidement se développer au niveau de vos orteils, de vos pieds ou de vos jambes. La viabilité de la jambe est alors mise en péril et votre risque de perdre un membre est réel.

Options thérapeutiques

  • Dilatation par ballonnet avec pose de stent
  • Retrait de la plaque d'athérome
  • Pontage
  • Combinaison des traitements susmentionnés

<haut>


Rétrécissement des artères du cou

Les artères du cou approvisionnent le cerveau en sang.
Lorsqu'un morceau de caillot ou un morceau de plaque d'athérome se détache et se déplace d'une artère du cou vers le cerveau, on est alors face à un accident vasculaire cérébral.

Des manifestations d'un AVC sont: une paralysie de la moitié du corps, des troubles de l'élocution, une diminution du champ visuel, une cécité soudaine ou une vue trouble.

Si le phénomène est important et dure longtemps, une partie du cerveau peut alors mourir et des séquelles peuvent rester à jamais. On parle alors d'infarctus.

Options thérapeutiques

  • Dilatation par ballonnet et pose d'un stent
  • Ablation de la plaque d'athérome

<haut>


Rétrécissement des artères de l'estomac et des intestins

Des troubles chroniques de la circulation au niveau de l'estomac et des intestins peuvent donner lieu à des douleurs abdominales de type crampoïde après les repas. Elles s'accompagnent toujours d'un amaigrissement important vu que la personne ne mange plus, de peur d'avoir mal.

Options thérapeutiques

  • Dilatation par ballonnet avec pose d'un stent
  • Pontage

<haut>


Rétrécissement des artères rénales

Les troubles de la circulation au niveau du rein sont l'une des nombreuses causes d'une fonction rénale diminuée ou d'une hypertension artérielle.

Options thérapeutiques

  • Dilatation par ballonnet avec pose d'un stent
  • Pontage

<haut>


Causes des rétrécissements des artères

L'athérosclérose peut être provoquée par de nombreux facteurs.
Face à certains, on est impuissant : le vieillissement, le sexe (chez l'homme, l'athérosclérose peut déjà apparaître jeune), ou encore une prédisposition familiale.

Par contre, en ayant une vie saine, on diminue le nombre de facteurs induits et l'on peut ainsi réduire son risque de développer des maladies coronariennes.

Voici quelques conseils:

Surveillez votre cholestérol

Notre corps a besoin de cholestérol. Il est fabriqué dans notre foie, mais nous en stockons aussi via notre nourriture.
Il existe deux sortes de cholestérol : le bon et le mauvais. Le mauvais reste collé à la paroi des vaisseaux et entraîne des sténoses.

Evitez d'avoir une tension artérielle trop élevée

Chez les personnes qui souffrent d'hypertension artérielle, le cœur doit pomper plus fort pour pousser le sang vers le corps. De ce fait, les parois des vaisseaux peuvent s'abîmer.

Arrêtez de fumer

Fumer n'est pas seulement mauvais pour vos poumons. Cela peut aussi conduire notamment à des maladies cardio-vasculaires graves. En fumant, les artères se rétrécissent et, par conséquent, la circulation sanguine vers le cœur diminue. Les fumeurs courent trois fois plus de risques de faire un infarctus du myocarde que les non-fumeurs.

Faites en sorte d'avoir une alimentation équilibrée et de bouger suffisamment

Une alimentation saine et équilibrée et une pratique sportive régulière vous aideront à garder votre cœur jeune et en bonne santé et diminueront considérablement votre risque de diabète. Ce dernier mène inévitablement à une détérioration des parois des vaisseaux

<haut>

Dilatation anormale d'une artère

Lorsqu'une artère du corps se dilate anormalement, on parle d'un anévrysme.


Chaque artère du corps peut se dilater, mais les anévrysmes les plus fréquents sont ceux au niveau des artères de l'abdomen, de la cage thoracique, du bassin, de l'aine et du genou.
Au début, ces anévrysmes n'occasionnent aucune plainte. La plupart du temps, on les découvre fortuitement. Certaines personnes ressentent une masse battante dans l'abdomen, dans l'aine ou dans le creux poplité.

Au fur et à mesure que l'anévrysme grandit, le danger d'une déchirure avec pour conséquence une hémorragie potentiellement mortelle augmente.
Il se peut aussi que des caillots de sang de l'anévrysme de détachent et viennent boucher les artères des jambes.

Les anévrysmes de très grande taille peuvent occasionner une compression au niveau des structures avoisinantes telles que l'intestin, l'uretère, une veine ou un nerf.

Options thérapeutiques

  • Un traitement endovasculaire (endoprothèse)
  • Un traitement chirurgical à ciel ouvert classique
  • Une laparoscopie
  • Une combinaison des traitements susmentionnés

<haut>

Une dissection est une affection où la paroi intérieure de l'aorte est tellement abîmée que, via une déchirure, du sang s'accumule entre la paroi interne et externe.
Sur la photo, ce phénomène est clairement représenté.

Une dissection de l'artère de la cage thoracique ou de l'abdomen entraîne une douleur soudaine et intense au niveau du dos ou du ventre. Vu le danger d'hémorragie et le mauvais approvisionnement en sang du cerveau, des intestins, des reins et des membres, une dissection représente une menace pour la vie.



Options thérapeutiques

  • Un traitement endovasculaire (endoprothèse)
  • Un traitement chirurgical à ciel ouvert classique
  • Une combinaison des traitements susmentionnés

<haut>

Le Syndrome de l'épaule gelée est une dénomination collective pour les affections où le système nerveux et vasculaire dans la région de l'épaule est compressé.

Souvent, le patient se plaint d'une douleur en irradiation vers le cou et l'arrière de la tête, de picotements, d'un endormissement, d'une perte de force, d'une sensation de froid, d'un gonflement et d'une coloration bleutée de la main et des doigts.

Options thérapeutiques

  • Kinésithérapie
  • Résection de la première côte

<haut>

Dans le phénomène de Raynaud, on parle de crises où la circulation sanguine vers les mains et les pieds (parfois aussi les oreilles et le nez) diminue.

Les pieds et les mains deviennent ainsi d'abord blancs, puis bleus et enfin, lorsqu'ils se réchauffent, rouges.
Ce phénomène peut survenir en cas de froid soudain, mais aussi sans cause particulière.
Dans le langage populaire, on parle aussi d'engelures des mains et des pieds.

Si les plaintes sont la conséquence d'un problème sous-jacent (par exemple une maladie systémique), on parle alors du phénomène de Raynaud ou de Raynaud secondaire.

Options thérapeutiques

  • Des médicaments
  • Exceptionnellement une sympathectomie par thoracoscopie ou laparoscopie

<haut>

Les varices sont des dilatations anormales des veines superficielles des jambes.

Via les artères, le cœur envoie le sang vers toutes les parties de votre corps, et via les veines, il ramène le sang au cœur.
Dans les veines des jambes se trouvent des petites valves qui font en sorte que le sang ne s'écoule pas vers le bas, mais soit ramené vers le haut, dans la direction du cœur.

Lorsque les circonstances (par exemple une station debout ou assise prolongée) font en sorte que le sang ne reflue plus si bien vers le cœur, une quantité accrue de sang arrive dans les veines. Cela entraine une augmentation de la pression dans les veines. Celles-ci s'élargissent, avec pour conséquence que les petites valves ne savent plus se fermer correctement.

Le mauvais fonctionnement de ces petites valves fait alors de nouveau en sorte que le sang ne sait plus bien remonter dans le corps, ce qui entraîne une fois de plus une accumulation de sang et la dilatation encore accrue des veines. C'est ainsi qu'apparaissent progressivement les varices.


1. Veine normale
2. Les valves s'ouvrent et se ferment correctement
3. Muscle
4. Varice
5. Muscle
6. Contraction du muscle
7. Les valves ne fonctionnement pas bien
8. Relâchement du muscle
9. Muscle







Les varices sont des augmentations de volume anormales des veines superficielles des jambes. Les plaintes peuvent consister en une sensation de jambes lourdes, fatiguées, inertes ou sans repos.

Les complications des varices sont les saignements, la formation de caillots, les phlébites, une coloration brune de la peau et des jambes 'ouvertes'

Options thérapeutiques

  • Médicaments – traitement compressif
  • Assèchement - sclérothérapie
  • Ablation chirurgicale - stripping - varicectomie
  • Ablation par radiofréquence endoveineuse ou traitement au laser

<haut>
Du fait que les veines profondes des jambes peuvent être bouchées par des caillots de sang, la circulation sanguine vers le cœur peut être entravée et donner lieu à des jambes gonflées et douloureuses.

Lorsqu'un morceau de caillot se détache et vient se loger au niveau de l'artère pulmonaire, on parle "d'embolie pulmonaire".
Il s'agit d'une situation où le pronostic vital peut être engagé et où le patient peut ressentir des douleurs à la poitrine, avoir des difficultés pour respirer et tomber en syncope.

La thrombose veineuse profonde (TVP) est fréquente chez les patients alités, les patients oncologiques, les personnes déshydratées, dans certains troubles de la coagulation et après des interventions chirurgicales au niveau des membres inférieurs. Le fait de porter un plâtre au niveau de la jambe ou d'être immobilisé pendant une longue période (par exemple lors d'un long vol en avion) peut provoquer une TVP.

Options thérapeutiques:

  • Donner des fluidifiants sanguins, de sorte que le caillot ne grossisse pas
  • Une compression locale avec des bas de contention afin d'améliorer le drainage de la jambe
  • Des antidouleurs
Si ces moyens ne sont pas suffisants ou s'ils ne peuvent être administrés, on peut alors dans de rares cas placer un filtre dans le ventre, de sorte que les caillots qui se détacheraient des jambes ne puissent remonter vers le haut du corps.
Une courte hospitalisation est parfois indiquée pour instaurer le traitement ou pour chercher le facteur déclenchant de la thrombose.
Un suivi est nécessaire pour évaluer la fluidité du sang. Les fluidifiants sanguins peuvent s'administrer sous forme d'injections sous-cutanées dans le ventre (traitement de courte durée) soit par voie orale (traitement de longue durée).

<haut>

Depuis 2005, l'UZ Brussel héberge l'une des 22 cliniques du pied diabétique reconnues en Belgique.

L'UZ Brussel a obtenu cette reconnaissance parce qu'il a pu prouver qu'il traitait un nombre suffisamment élevé de patients qui présentaient une pathologie lourde au niveau du pied, que la prise en charge était assurée par une équipe multidisciplinaire et qu'une permanence était disponible pour les cas urgents.

A la clinique du pied diabétique, le chirurgien vasculaire a la tâche de dépister l'insuffisance artérielle et d'y remédier grâce à une intervention chirurgicale.
On y préfère la chirurgie endovasculaire (parce qu'une chirurgie classique par bypass sur des fines artères de la jambe donne de mauvais résultats).

Les dilatations sous le genou requièrent une expertise et un encadrement (matériel) qui se rapproche davantage de la cardiologie invasive que de la chirurgie endovasculaire habituelle.

Bien que les soins de plaie chirurgicaux, les débridements et les amputations puissent être réalisés par n'importe quel chirurgien, à l'UZ Brussel, c'est le chirurgien vasculaire qui s'en occupe.

La clinique du pied diabétique de l'UZ Brussel a implémenté la multidisciplinarité (nécessaire pour le diagnostic et le traitement adéquats du pied diabétique) de manière très pragmatique : à chaque fois qu'une décision thérapeutique est prise, les acteurs divers (diabétologue, microbiologiste, chirurgien orthopédiste, infirmier en soins de plaie, éducateur diabète) doivent y être associés.

Concrètement, cela signifie que la concertation et la collaboration entre les médecins est plutôt la règle que l'exception, et ce, tant au niveau des consultations qu'en hospitalisation.

<haut>

Par dialyse access, on entend l'ensemble d'actes techniques par lequel on se procure un accès au système artério-veineux, dans l'intention de retirer un grand volume de sang du patient, afin qu'une dialyse puisse s'opérer.

Cela comporte à la fois la fistule artério-veineuse, le greffon synthétique et le cathéter double.

La pose d'une fistule artério-veineuse a pour but de mettre sous pression artérielle les veines superficielles de sorte que l'aspiration fréquente d'un grand volume de sang soit possible.
A cette fin, une liaison est créée chirurgicalement entre une artère et une veine, étant entendu que seul du matériel propre au corps du patient est utilisé (ce qui fait que les complications telles que l'infection et les thromboses sont rares).

La fistule artério-veineuse doit d'abord 'prendre forme' pendant quelques semaines à quelques mois, de sorte que le calibre des veines et des artères puisse augmenter suffisamment de façon à ce qu'un débit suffisamment élevé soit atteint.

Si une dialyse est urgente, ou lorsque le patient n'a pas de veine adéquate, on peut lui placer un greffon synthétique. Celui-ci est placé entre une artère et une veine au choix, en sachant que la partie sous la peau doit être suffisamment longue pour être piquée fréquemment.

A défaut d'une alternative, on peut également placer un cathéter de dialyse. Celui-ci doit être pourvu de deux canaux pour une aspiration et un rejet simultanés du sang, et ce, avec un calibre qui permet des débits suffisants.

<haut>